Changement climatique et fonte des glaces : prévenir des catastrophes

Changement climatique et fonte des glaces : prévenir des catastrophes

Parler de changement climatique rime souvent avec fonte des glaces. C’est en effet un des signes les plus évocateurs et les plus documentés liés à l’augmentation des gaz à effet de serre. La fonte des glaciers est aujourd’hui un risque réel pour l’homme, qui menace et crée des catastrophes aux quatre coins du globe.

Un problème de société 

Selon les scientifiques, l’amincissement et le rétrécissement des glaciers sont les signes les plus visibles et documentés du changement climatique. Le recul glaciaire dans les montagnes du monde s’est accéléré au cours des quatre dernières décennies, causant des dérèglements climatiques majeurs.

À long terme, on peut s’inquiéter de ce que la perte des glaciers signifiera pour des milliards de personnes, qui en dépendent, du point de vue de l’industrie ou l’agriculture. Cependant, la plus grande peur concerne la sécurité des populations vivant à proximité de ces derniers, puisqu’ils pourraient être directement impacté par des inondations.

Origine des inondations et impacts actuels

Tout d’abord, on peut se demander quels sont les risques concrets et directs de la fonte des glaces sur l’homme.

En fondant, la glace devient de l’eau qui, libérée, s’écoule sur les flancs de montagne. Une partie de cette eau sera alors emprisonnée dans les lacs en contrebas, ce qui augmentera significativement le niveau d’eau de ces derniers. En effet, on constate que le niveau d’eau que contiennent ces lacs depuis 1990 a augmenté de 50%.

Lac = Danger ?

Ces lacs en particulier constituent un réel danger pour les populations locales, vivant à proximité :

  • Les lacs « naturels », ne comportant pas de barrages, ne sont pas en capacité de supporter de tels crus. De ce fait, une augmentation radicale du niveau d’eau peut potentiellement entraîner des inondations fortes et soudaines, fatales aux populations.
  • Les lacs comportant des barrages ne sont pas non plus supposés accueillir de telles quantités d’eau. Ainsi, sous le poids de l’eau, d’un tremblement de terre ou d’une avalanche au-dessus du lac, ils peuvent s’effondrer et ainsi libérer un torrent démentiel emportant tout sur son passage.

De plus, la hausse des températures affecte également les pentes de montagnes. Le dégel et le regel de la glace emprisonnée dans les fractures rocheuses peuvent entraîner une déstabilisation des pentes, et donc une plus grande tendance à l’effondrement.

La chute de grandes quantités de pierres favorise alors les glissements de terrain, et induit de ce fait d’autres catastrophes.

Catastrophes et préventions

Ces catastrophes se sont déjà produites ou sont susceptibles de se produire, comme le témoigne la catastrophe dans l’Uttarakhand (Inde), en 2013. Une crue explosive avait provoqué des inondations dans toute la région, détruisant plusieurs villages et tuant plusieurs milliers de personnes.

Dans les Andes, au Pérou, ces inondations liées aux glaciers ont tué environ 30000 personnes depuis les années 1940.

Dans un but préventif et afin de prévenir les catastrophes, certains pays comportant des zones à risque d’inondations mettent en place des systèmes de drainages ou canaux.

Le lac Imja Tsho au Népal, situé à proximité de l’Everest, est le parfait exemple du type de moyens mis en place afin d’empêcher les crues explosives. En 2016, une opération de grande envergure a été mise en place afin de drainer de grandes quantités d’eau du lac. Un tunnel long de 45 mètres a été aménagé pour permettre l’évacuation des eaux, et ainsi préserver les localités aux alentours. Cette opération a duré 6 mois et a permis de drainer plus de cinq millions de mètres cubes d’eau.

En Europe et plus particulièrement en Suisse, d’autres moyens préventifs sont également mis en place.

Dans l’Oberland bernois, à la suite de l’abaissement du niveau du lac glaciaire des Faverges, un système de drainage a été mis en place afin d’éviter une hausse subite et critique du niveau des rivières dans le Simmental.

En effet, afin de contrôler l’écoulement et éviter des crues sur les cours d’eau de la vallée, un canal avait été creusé dans la glace, permettant de garder un contrôle sur le drainage et l’écoulement des eaux.

Cet été, une campagne d’observations sera lancée en Suisse par MountaiNow, afin d’observer et mieux comprendre l’évolution de la fonte des glaces, ainsi que ses répercussions sur le territoire. Les partenaires GLAMOS et PERMOS nous permettent d’avoir une visibilité plus grande sur les changements des glaciers et du permafrost en Suisse.

 

Par Baptiste Guillemin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *