Moins d’urgences en montagne en 2017 – Oui, mais…

Moins d’urgences en montagne en 2017 – Oui, mais…

Le Club Alpin Suisse tire un bilan annuel.

En 2017, 2712 personnes se sont retrouvées en situation d’urgence en montagne dans le Jura et les Alpes suisses, et ont dû être secourues par le Secours alpin. 103 personnes ont perdu la vie en pratiquant des sports alpins, soit quelques 8% de moins que l’année précédente.

Oui, mais… les conditions météorologiques y sont pour beaucoup. 2018 pourrait être très différent !

Moins d’urgences en montagne en 2017

Ce bilan des secours en montagne représente une baisse de plus de 4% par rapport à l’année dernière (2828 personnes secourues). 931 personnes ont pu être ramenées indemnes ou légèrement blessées seulement. Dans les catégories de sports de montagne classiques (randonnée en montagne, haute montagne, escalade et courses à ski), seule la randonnée a connu une augmentation du nombre de cas de détresse (1237 personnes contre 1196 en 2016).

Le nombre de morts (103) a aussi été inférieur à celui de l’année précédente (115). Cette diminution concerne presque toutes les catégories. A nouveau, seule la randonnée en montagne a connu une hausse du nombre de personnes décédées (54 contre 43 en 2016). Cette augmentation a pour cause principale l’éboulement qui a eu lieu à la fin août à Bergell, lors duquel huit randonneurs ont été surpris alors qu’ils descendaient de la Sciaorahütte.

Enneigement? Météo? Des facteurs clé

Ce bilan intermédiaire meilleur que celui des années précédentes est dû en grande partie aux conditions météorologiques qui ont réduit l’activité en montagne:

  • peu de neige en hiver
  • temps souvent mauvais pendant les week-ends en été

Pour mieux comparer, des graphiques et chiffres détaillés des années précédentes sont disponibles sur le site du CAS.

Dangers à cause du changement climatique?

Dans l’ensemble, c’est surtout la fonte des glaciers et de la neige en haute montagne qui devient de plus en plus problématique pour les sports de montagne d’été: passages délicats entre le rocher et la glace, grandes rimayes et fonte des névés compliquent les itinéraires en de nombreux points, ce qui augmente le risque d’accident par chute ou glissade.

Les chutes et les avalanches restent les causes principales des accidents! Outre une planification soigneuse des courses, un matériel de sécurité en bon état de fonctionnement peut aussi aider à éviter les accidents graves.

Retrouvez l’article d’Ueli Mosimann paru dans les Alpes 06 2018 « Accident mortels en baisse »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *